S2F Network rend Le Havre plus intelligente
S2F network rend Le Havre plus intelligente
Stéphanie De Bazelaire, au centre de quatre des treize salariés et collaborateurs de S2F network. Ouest-France

Des villes et trente ports ont déjà adopté ses installations. La petite société havraise rend accessibles quantité de services et d’informations sur smartphone.

Dans son bureau, dans le centre-ville du Havre, Stéphanie De Bazelaire, présidente de S2F network a une idée à la minute. Son entreprise, née en 2011, est spécialisée dans les technologies sans fil et objets connectés.

Deauville, Évreux et d’autres villes l’ont déjà sollicitée pour devenir des smart-city, des villes intelligentes. Depuis leurs smartphones, en se connectant au Wi-Fi gratuit des villes, les habitants, touristes, visiteurs d’un jour, usagers des transports, accèdent à des informations et services : l’histoire et le patrimoine de la ville, les sites et musées, les horaires des spectacles et cinémas…

Plus prosaïquement, le relevé de son compteur d’eau, les heures de passage des camions poubelles, les places de stationnement libres sur le parking de la mairie… sont également consultables.

La gestion est centralisée grâce à des hot spots Wi-Fi ou capteurs discrets.

Marché italien

S2F network a créé deux unités spécialisées : R-city, réseau fédérateur pour la ville, et R-marina, un réseau d’exploitation mutualisé et modulable pour les ports de plaisance. L’exploitant peut ainsi contrôler à distance l’ensemble de ses équipements, les entrées et sorties des voiliers. Une trentaine de ports de 100 à 4 800 anneaux en France, dont La Rochelle, et en Europe ont adopté R-marina. « Nous poursuivons notre développement en Grande-Bretagne, où nous comptons déjà huit ports, des négociations sont en cours aux États-Unis », précise Stéphanie De Bazelaire.

Pour accompagner cette croissance, avec un chiffre d’affaires d’un million d’euros, en augmentation de 50 % en 2015, S2F network vient de procéder à une levée de fonds d’un million d’euros. La PME de treize salariés vient de créer deux emplois, dont un VIE (Volontariat international en entreprise) en Italie. Ce dernier permettra d’explorer le marché des ports de plaisance sur les côtes méditerranéenne et adriatique.

Xavier Oriot

Source : www.entreprises.ouest-france.fr